Cet article va vous aider à anticiper toutes les charges que vous allez devoir payer lorsque votre commerce sera ouvert.

Vous pourrez également les intégrer dans votre business plan pour construire le prévisionnel financier. 

1 – Les impôts et taxes avant d’ouvrir un coffee shop : La contribution économique territoriale (CET)

La Contribution Economique Territoriale (CET) a remplacé la taxe professionnelle et elle est composée de deux taxes (des sous-taxes). 

Estimez son montant sur le simulateur en ligne du site des impôts.

  • Cotisation sur la valeur ajoutée de l’entreprise (CVAE)
    • Kesako ?  La CVAE est due par toutes entreprises ou personnes dont le chiffre d’affaires dépasse 500 000 € HT. Mais si lors des premières années, votre CA ne dépasse pas 152 000 € HT, vous devez obligatoirement remplir une déclaration de valeur ajoutée et d’effectifs salariés. Il se calcule de cette façon : valeur ajoutée x taux effectif d’imposition x 1,01
    • Comment la déclarer ? Le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai (sur papier sinon dans les 15 jours suivants le 1er mai si vous déclarez par internet). Vous pouvez la payer par deux accomptes de 50% chacun. 

 

  • Cotisation foncière des entreprises (CFE)
    • Kesako ? C’est une taxe basée sur la valeur locative de biens immobiliers et elle est due par les entreprises exerçant de manière habituelle une activité professionnelle non salariée.
    • Vous bénéficierez certainement d’une exonération temporaire car votre entreprise est nouvellement créé et vous ne paierez rien dans la première année d’activité.
    • Il faut envoyer néanmoins une déclaration à la création ou reprise d’une entreprise (avant le 31 décembre). 

2 – impôt sur les société (IS)

Toute les formes juridiques sont pratiquement soumises à l’IS : 

  • Société anonyme (SA)
  • Société anonyme simplifiée (SAS)
  • Société en commandite par actions (SCA)
  • Société à responsabilité limitée (SARL)
  • Sociétés d’exercice libéral (SEL, SELARL)

Comment calculer l’IS ? 

  • Calculer en premier, le résultat fiscal de l’entreprise soit : Résultat net comptable + éléments non déductibles – autres éléments déductibles – report de déficit des années antérieures
  • Déterminer ensuite le taux : il est de 33,1/3 %, mais il peut être réduit de 15% sur les premiers 38 120 € de bénéfice à condition que :
    • CA < 7,63 M€
    • Capital libéré
    • 75% du capital détenu par des personnes physiques.

Une fois ces deux étapes réalisées, on peut calculer l’IS (imaginons que l’on se base sur le taux maximal) :

  • IS = Résultat fiscal x 33,1/3%
  • Vous pouvez également déduire vos crédits et réductions d’impôts :
    • IS net = IS – crédits et réductions d’impôts

Comment déclarer l’IS ? 

  • le 31 décembre de l’année de création
  • le dernier jour du 12ème mois d’activité
  • le 31 décembre de l’année suivant l’année de création

Comment payer l’IS ? 

  • Si > 3 000 €, vous pouvez payer via 4 acomptes (15 mars, 15 juin, 15 septembre, 15 décembre) d’un montant égal à 25% de l’IS payé au titre de l’année précédente.
  • Malheureusement, à la création de l’entreprise vous ne pouvez pas faire d’accomptes. 

N’oubliez donc pas d’intégrer ces données dans votre business plan et votre prévisionnel financier ! 

Byconcept

View all posts

Ajouter commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *