Le Pitch du concept

∗∗∗∗

Découvrez l’interview de Davy, le fondateur de Distrito Frances : un restaurant mexicain dont la carte innovante mélange les cultures europpéennes et sud-américaines dans un cadre chaleureux aux couleurs du mexique.  


 

La création et la mise en place du projet 

« L’idée de monter un restaurant mexicain est basé sur une envie initiale de créer un lieu de vie où l’on se sent comme chez soi et où l’on mange une cuisine savoureuse et de partage. L’objectif était de raconter une histoire avec un fil conducteur : L’expérience humaine. Distrito Frances, dont le nom rend hommage à Mexico, est naît en 2015.

Pourquoi le mexicain ?

Lors de mon échange à Barcelone, je passais beaucoup de temps avec des mexicains, c’est comme cela que j’ai découvert cette culture et j’y ai complètement adhéré. Depuis je me suis toujours dit que j’aimerais retrouver cette ambiance qui apporte une réelle vibe dans un lieu.

Avant de monter ce concept, j’habitais à Londres et je travaillais en tant que trader chez Goldman Sacks. J’ai réalisé des études d’ingénierie à Arts et Métiers et de business à HEC.

Pour concrétiser le projet je suis d’abord allé au Mexique avec mon associé pour découvrir cette culture, goûter les différentes saveurs et pour comprendre les techniques de cuisine locale. Ce qui est amusant, c’est que nous avons une démarche semi gastro pour les mexicains mais à la limite du street food pour les parisiens.

Pourquoi Paris ?

Je voulais retrouver ma famille car j’ai été loin de Paris assez longtemps. Tout faisait sens : retrouver mes racines et monter un projet.

Comment a-t-on commencé ?

Première étape : bien définir son concept

Au tout début, on ne savait rien. On a mis du temps à étudier le marché. Mais notre priorité c’était d’abord de créer un réseau de restaurateurs et un réseau d’entrepreneurs. Je me disais que ça nous servirait de levier pour comprendre beaucoup plus vite ce milieu. On a ensuite fait un business plan qui nous a pris plus de temps que prévu. Au commencement, nous avions eu une approche beaucoup plus fast food. Mais après reflexion, si nous avions lâché nos postes respectifs c’était plus pour créer un lieu où l’on se sent vraiment comme à la maison. En somme, un restaurant traditionnel faisait plus sens.

Deuxième étape : Se renseigner sur le marché, les normes à respecter pour la nourriture/ la restauration

Dans ce milieu, il faut être professionnel et rigoureux car nous sommes responsable de ce qui est servi aux clients. On doit toujours avoir l’air professionnel et viser « l’excellence ». Il faut se dire que l’on peut toujours faire mieux. Nos approches d’ingénieurs nous ont beaucoup aidé à formater notre esprit dans ce sens-là.

Troisième étape : Le financement 

1/3 du financement provient de capitaux propres et un prêt bancaire est à l’origine du reste. »

Distrito Frances


L’Emplacement et l‘Approvisionnement

L’emplacement :

« On voulait un quartier qui nous ressemble, un peu laidback. Je suis banlieusard et nous ne voulions pas un quartier « pompeux », on cherchait un quartier chill. Le 10éme collait parfaitement. Notre choix s’est porté sur un ancien restaurant qui avait fait faillite et situé dans une rue encore vide il y a 2 ans. On passait des journées avec la « cliqueuse » pour compter le nombre de personnes qui passaient dans la rue et il n’y avait personne… Cependant, le loyer n’etait pas si cher en comparaison à d’autres quartiers.

Comment-a-t-on acquis de la notoriété ?

Quand la majeure partie du temps est dedié au business plan, on est totalement déconnecté de la réalité et on ne se rends pas compte qu’une journée en service c’est long quand il n’y a personne…A l’ouverture, ça a pris plus d’un mois pour que cela décolle. La raison pour laquelle on a décollé, c’est qu’on a été très réactifs vis-à-vis des critiques pour prendre en compte ce qui était bon et laisser le reste de côté, afin d’améliorer le concept.  On a toujours essayé d’être honnête. Plus ça allait, plus on avait confiance en ce que l’on faisait et en nous. Un jour on s’est dit, on fait ce qu’on a envie de faire et on est sincère dans ce qu’on fait. »

L’approvisionnement :

« Tous les mois, on se fait livrer des ingrédients mexicains. Au départ nous avons eu un rapport de force un peu spécial avec les services de livraison. Ils nous mettaient un peu la pression donc au début on avait un peu de mal. L’expérience acquise au cours de la création du restaurant nous a permis d’équilibrer ce rapport. Malheureusement, un débutant peut tres vite se faire marcher dessus. La jeunesse peut être donc une contrainte dans certaines situations. L’attitude est importante. »

Distrito Frances salle


La Décoration 

« On avait le brief en tête, cette image de la maison du parisien qui déménage au Mexique : brut, sympa, pas préfabriqué, un peu village, chaleureux et humain. On m’a donc conseillé Hervé Labarre, un décorateur d’intérieur. Ce qui était intéressant c’est qu’il n’avait aucun a priori sur le Mexique car il ne connaissait pas. Le match était parfait.

A l’étage par exemple, il a crée un petit boudoir avec une esthétique version « in the mood for love » à la mexicaine. La décoration au total nous a coûté 15 000€. Mais l’enseigne représentait pratiquement le même investissement que la décoration. C’etait un budget conséquent mais selon moi c’était nécessaire, il fallait une trés belle enseigne. »

Distrito Frances - étage


L’équipe 

« Jai appris une chose chez Goldman Sacks : Tu as un an pour faire des erreurs et devenir une machine de guerre dans ce que tu fais. C’est la même chose pour l’équipe.

On suit à la lettre la règle des 4 G: good food, great people, groovy vibe, give back (communauté). Si les 4G sont clairs dès le début, le recrutement se fera facilement. On sait quasiment tout le temps si la personne est compétente ou non. Aujourd’hui nous sommes quatres personnes et on cherche toujours de nouveaux profils pour compléter la team.

Mon équipe doit toujours être confiante, et être sûre de ses produits. L’attitude face aux clients doit etre exemplaire. « 

Distrito Frances - plat


Les Conseils 

« 1er conseil : Il faut être obsédé par son projet. Il faut vraiment s’immerger dans ce projet.

2eme conseil : Une cohérence ! Il ne faut pas que cela devienne le patchwork d’un groupe de personnes. On peux se perdre très facilement entre nos propres idées et les feedbacks des autres. C’est très bien d’avoir des retours, mais c’est toi le décisionnaire en fin de journée, c’est toi l’entrepreneur. Il faut avant tout garder une cohérence entre l’idée de base et le projet : Stick to the idea ! En ce qui nous concerne, notre fil conducteur est l’expérience humaine. Créer une décoration chill, chaleureuse en creant un lieu de vie, créer une carte évoluée, avec des saveurs originales à partir de bons produits ; un service irréprochable toujours agréable…

Danny Meyer a écrit un livre que je conseille, « Setting the table » c’est le pape de l’hospitalité à NYC où Il a ouvert beaucoup de lieux. Il est notamment à l’origine de Shake Shack. Tous ceux qui ont ouverts des burgers, suivent la tendance de Shake Shack, car c’est la référence. Ce qu’il dit est intéressant, par exemple le fait de prendre en compte les retours des clients : C’est important certes, mais satisfaire toute le monde est impossible. 10 personnes peuvent être très satisfaites mais une personne seulement peut ne pas l’être. Il faut faire attention aux critiques et aux retours clients.

Même si les critiques font mal, il est important d’en être conscient le plus tôt possible pour rectifier le tir et ne pas engager de ressources à mauvais escient. TripAdvisor est un outil que j’ai beaucoup utilisé la 1ere année.

3eme conseil : Il ne faut pas oublier que c’est un business et qu’il faut aussi gagner de l’argent. Notre carte est composé de plats originaux mais aussi de produit d’appels comme le guacamole. Par exemple celui-ci, est très peu rentable, mais c’est le produit phare. Je passe énormément de temps à le faire. L’avocat est un produit qui coûte très cher, le Ratio investissement/gain est clairement négatif. Il faut donc compenser cette perte sur d’autres plats.

4eme conseil : Plus tu passes de temps à réfléchir, à recueillir des feedbacks, plus tu te fais peur. Donc il faut y aller tout simplement.

Nos erreurs nous ont formé. Et, on avait tellement peu d’argent, qu’il n’y a pas grand-chose qu’on aurait pu changer. On considère que c’est de l’apprentissage continuel.


Les Résultats et les futurs projets

Aujourd’hui on est rentable car nous nous sommes très bien débrouillés la première année. La raison est aussi la motivation et le travail : on bossait 7/7 jours. Ne plus avoir de vie sociale, c’est une réalité. Tu dors très peu. J’avais des horaires conséquents et chargés aussi en tant que trader donc je me suis très vite habitué. Par contre, j’étais choqué par notre faible productivité. Nous étions très lents car nous étions novices dans ce secteur. On avait une liste entière de choses à améliorer : comprendre la caisse, avoir des briquets pour allumer les bougies, …Les attentats nous ont également  beaucoup touchés, résultat : – 40% de fréquentation. Cependant au bout d’un an nous sommes très content et le restaurant est globalement rentable.

Pour notre futur, un nouveau projet pour l’année prochaine, un restaurant mexicain plus ou moins dans le même quartier.  To be continued…

Distrito Frances - enseigne


Résumé

Concept :

  • Idée : Créer un concept de restauration où l’experience humaine est mise en avant : décoration, service, carte innovante
  • Carateristiques du concept : Une décoration typique mexicaine avec une touche parisienne. 
  • Local : Un local trouvé assez rapidement car à l’époque cette rue ne valait rien. Pari risqué mais gagnant aujourd’hui !
  • Financement : Une partie provient d’un prêt bancaire et l’autre provient de ses propres économies
  • Communication : Communication via les réseaux sociaux. 
  • Difficultés rencontrées : La relation avec les fournisseurs, la gestion du staff, faire face aux critiques,…
  • Site web : http://distritofrances.fr/

Business Partenaires :

  • Architecte : C’est Hervé Labarre, décorateur d’interieur qui a réalisé leur aménagement et décoration. 

On remercie le témoignage de Davy très enrichissant et on lui souhaite bonne continuation pour la suite

Distrito frances